Subaquatique

C’est toujours avec une grande passion que nous oeuvrons à vous aider dans la réalisation de votre biotope. Que ce soit pour un terrarium, un aquarium planté ou encore un bac récifal, nous avons l’expertise, les compétences et les équipements de pointe pour vous offrir la possibilité de recréer une parcelle de la nature dans votre domicile.
aquarium terrarium

Suivez-nous

Pour la suite de mon expédition au Mexique, je fais quelques plongées dans des récifs afin d’étudier le comportement, les habitudes et les niches écologiques des différentes espèces marines. Aujourd’hui, c’est Abraham, dive master de Bruceo 3A, qui vient me chercher à l’hôtel, pour me faire découvrir un autre milieu naturel différent de ce que j’avais vu jusqu’à présent. Direction Casa Cenote, un cenote ouvert où se mélange eau douce et salée.

L’endroit est près d’une petite route de gravier. Ce cenote est bordé par une forêt de palétuviers (mangroves) aux racines majestueuses qui s’enfoncent dans une eau saumâtre d’une limpidité incomparable.

Dès notre mise à l’eau à une température de 78F, nous descendons vers les 5 mètres (15 pieds). Déjà j’aperçois plusieurs dizaines de cichlasoma urophthalmus (cichlidé américain) qui sont d’une couleur éclatante.
Ils vivent en compagnie de plusieurs gobies sur un fond parfois sablonneux, parfois au travers de grosses pierres blanches calcaires.

Un tapis d’algues vertes et des feuilles de palétuviers recouvre par endroits, le fond de cet environnement. Je me croyais littéralement à l’intérieur d’un aquarium! Plus loin, c’est un banc de jeunes poissons prédateurs megalops sp, communément appelé « tarpon » et mesurant environ 60-75 cm qui attendent d’être assez gros pour rejoindre l’océan via une grotte sous-marine reliant ce cenote à la mer.

Après avoir nagé sous les racines de palétuviers et contemplé ce spectacle qui s’offrait à moi,
j’atteins un secteur, où de très grosses pierres plates recouvrent le fond de cette oasis. Sur ces pierres pousse un tapis d’algues filamenteuses bougeant au gré du courant et des bancs de poecilia sphenops aussi appelé « molly » broutent cette verdure luxuriante avec une vivacité qui n’a pas d’égale.

À quelque 2-3 mètres plus profond, entre les grosses pierres, j’atteins la « halocline », c’est à cet endroit que l’eau salée plus lourde provenant de l’océan rencontre l’eau douce qui est en surface, puisque plus légère. Comme vous allez voir dans la vidéo qui suit, dans l’halocline, l’eau est brouillée et il est très difficile de voir les détails, ce qui augmente le degré de difficulté de la plongée.

Nous avons également fait la rencontre fortuite, à ma grande satisfaction, d’un crocodile faisant de cet environnement paradisiaque, son terrain de chasse.
Après cette plongée mémorable pour un amateur de poissons comme moi, j’en suis venu à la conclusion que pour maintenir des molly en santé en aquarium, nous devons les conserver en groupe dans une eau saumâtre (eau contenant un peu de sel), à une température avoisinant les 78F. Garnir le fond de l’aquarium d’un gravier fin ou de sable et produire un courant modéré qui permettra une bonne oxygénation de l’eau. Le bac pourrait, quant à lui, contenir des pierres ou morceaux de bois où des algues pourraient y pousser. Toutefois, le plus important consiste à nourrir ces vivipares régulièrement à l’aide d’une alimentation riche en algues telle que la spiruline. Ils vous récompenseront en ayant plusieurs petits puisqu’ils se reproduiront aisément dans ces conditions.

Dominic Loiselle B.Sc,

Biologiste, écologiste pour Subaquatique.ca

 

Ce document se voit être une observation et n’est pas une étude exhaustive.

Ce document, en tout ou en partie, est la propriété de Subaquatique.ca

Toutes les photos ont été prises par Dominic Loiselle pour Subaquatique.ca et il en demeure le propriétaire.

Le partage de cet article n’est permis qu’avec la mention du nom de l’auteur et de Subaquatique.ca.